Deux-Rives : l’année des bilans pour Sylvie Lalonde

« La priorité des conseils de section devrait être le partage de l’information et la consultation. Chaque cadre doit sentir que son opinion est considérée », estime Mme Sylvie Lalonde, membre bien impliquée de la section des Deux-Rives et qui prendra sa retraite en juillet prochain.

C’est le président de la section, M. Guy Coutlée, qui tenait à faire briller la vision associative de Mme Lalonde. Avec 36 ans de carrière, d’enseignante à directrice d’établissement puis directrice des ressources humaines et de l’organisation scolaire du CSS des Trois-Lacs, et après avoir été membre (pendant deux ans) ainsi que présidente locale (trois ans), Sylvie Lalonde a un point de vue très intéressant sur l’évolution de l’AQCS.

« En s’impliquant dans la vie associative, on comprend mieux les enjeux et on forge notre opinion. La chance d’être membre de l’AQCS nous permet de nous exprimer et de côtoyer les représentants de la permanence fort compétents et volontaires, alors il faut s’en prévaloir. La permanence de l’AQCS est disponible, elle vulgarise bien les dossiers et accueille nos questions, sans jugement. On peut la contacter en tout temps », mentionne Mme Lalonde.

Intégrer et fidéliser les nouveaux cadres

Tant au sein de l’Association que dans les CSS et les CS, Sylvie Lalonde estime que l’intégration des cadres est importante. « Un réseau de collaboration et d’information comme l’AQCS est une belle porte d’entrée pour les nouveaux gestionnaires, qui doivent se familiariser avec leur rôle. En étant membres, et grâce au financement du CPCG, ils ont accès à une grande offre de perfectionnement, pour leur permettre d’atteindre leur plein potentiel. »

Impossible de ne pas aborder la pénurie de main-d’œuvre avec cette leader. Selon Mme Lalonde, pour soutenir le recrutement des cadres dans les organisations, deux voies sont à explorer. « Il faut faire connaître et valoriser le travail des cadres pour la réussite éducative. Leur engagement a bien plus d’impact que ce que le public perçoit… nous sommes vraiment centrés sur les élèves. D’autre part, je pense que nous devrons nous ouvrir davantage aux candidatures de gestionnaires qui proviennent de l’extérieur du réseau de l’éducation. Ces cadres vont contribuer à nous faire évoluer. Au final, nous devrions non pas nous concentrer sur le recrutement, mais sur les actions qui fidéliseront les cadres et faire en sorte qu’ils demeurent dans nos milieux », résume-t-elle.

C’est entourée de ses petits-enfants et habitée par le goût de renouer avec quelques passions, dont les voyages et la lecture, que Sylvie Lalonde commencera sa retraite cet été. « Je ne suis pas fébrile, parce que je suis prête. Je me sens fière de mon bilan », glisse-t-elle, en toute humilité.